Les défis de la transformation numérique 1/4 : de nouveaux modèles économiques

La transformation numérique des entreprises est un sujet d’actualité qu’il est parfois difficile d’appréhender. Son impact sur toutes les sphères de l’entreprise est tel qu’il n’est pas toujours évident de rendre compte de ses effets réels tant sur les processus de décision que de production. Genious Interactive vous propose de faire le point sur le sujet en abordant un point clé de la transformation numérique chaque semaine tout au long du mois de Juin. Cette semaine, focus sur l’impact du numérique sur les modèles économiques des entreprises.

Face à des utilisateurs de plus en plus connectés, la transformation numérique est un sujet qui peut paraître assez déroutant pour une partie des dirigeants d’aujourd’hui. Elle touche pourtant les grands groupes comme les PME/TPE de tous les secteurs d’activité. Les entreprises traditionnelles sont pour la plupart contraintes d’amorcer une rupture dans leur modèle économique actuel. Agilité, collaboration et ouverture sont les maîtres mots de l’entreprise numérique de demain. Intégrer la transformation numérique dans ses stratégies permet de trouver des solutions pour se réinventer face aux bouleversements qu’a engendré le numérique. Les dirigeants ont donc tout intérêt à mobiliser leurs ressources au service de nouvelles pratiques centrées sur les nouvelles technologies.

Un éclatement des frontières

Dans l’organisation actuelle des entreprises tant en interne qu’en externe, les relations avec toutes les parties prenantes sont en pleine mutation. Avec des services qui partagent aujourd’hui des objectifs similaires, les frontières sont désormais floues et l’organisation en silos des entreprises françaises traditionnelles devient de plus en plus obsolète. L’entreprise se transforme progressivement en un véritable écosystème mêlant échanges et collaboration entre tous les acteurs à tous les niveaux. La communication ne se fait plus seulement de manière verticale et ascendante, les salariés peuvent aujourd’hui participer au processus de réinvention des entreprises. Réseaux sociaux d’entreprise, intrapreneuriat, les initiatives des dirigeants pour favoriser la collaboration interne sont en plein essor (on pense notamment à Google qui a récemment créé un incubateur de start-up, Area 120, destiné à ses propres employés). Une communication plus horizontale favorisant l’émergence de nouvelles idées au sein d’entreprises qui doivent constamment valoriser l’innovation et garder un certain dynamisme pour conserver leur position sur le marché.

Les frontières entre cet écosystème et son environnement externe disparaissent également. La marque de luxe Burberry l’a bien compris en mettant en place une plateforme unique pour centraliser toutes les interactions entre les différentes parties prenantes, lui permettant d’améliorer sa productivité et de mieux saisir les besoins de ses clients. Les dirigeants prennent conscience que tous les acteurs peuvent désormais participer au rayonnement de leur entreprise, tant au niveau national qu’international. Qu’il s’agisse de concours d’innovation internes ou externes, de partenariats ou d’incubation d’entreprises innovantes, l’esprit de plateforme gagne aujourd’hui du terrain dans tous les secteurs : de l’énergie à la santé, en passant par les banques et les médias, peu de secteurs échappent à l’engouement que suscite l’open innovation et notamment les start-ups, réputées pour leur dynamisme et leur esprit entrepreneurial.  Une ouverture vers l’extérieur qui se fait également au niveau du client qui devient une véritable ressource pour les entreprises.

Le client devient collaborateur

Le client lui-même est également devenu un collaborateur à part entière. Qu’il s’agisse de faire participer ses clients à l’aide du crowdsourcing (exemple de Casino avec son initiative C’Vous), ou d’adopter des approches plus « customer centric » comme Nespresso avec son Club,  les nouveaux usages ont aujourd’hui un impact fort sur les stratégies marketing des entreprises. Émerge alors la nécessité d’une certaine humilité de la part des dirigeants pour être à l’écoute des véritables besoins de leurs clients. La démocratisation des objets connectés permet également de mieux cerner les comportements des utilisateurs pour mieux cibler ses campagnes de marketing ou de promotion. L’expérience utilisateur est devenue un facteur qu’il faut désormais prendre en compte dès le cycle de conception. Le positionnement des entreprises en est alors directement impacté et les méthodes de différenciation face aux concurrents se multiplient.

La plupart des entreprises possèdent actuellement un site web, mais de nouveaux facteurs sont à prendre en compte face aux nouveaux usages des utilisateurs : l’ergonomie, le design, la rapidité et la personnalisation des interfaces utilisateur peuvent aujourd’hui faire toute la différence. Le client ne recherche plus seulement le meilleur prix où la meilleure qualité, il s’attend à un véritable service, vivre une réelle expérience qui le valorise du début à la fin.

Des entreprises encore frileuses

Cet essor d’une nouvelle économie collaborative représente de nouvelles opportunités pour booster sa compétitivité dans tous les secteurs d’activité. L’échange d’informations et la confrontation des idées peuvent apporter un nouveau souffle aux entreprises qui n’ont pas encore toutes amorcé leur renouvellement face au numérique. La plupart d’entre elles possèdent aujourd’hui une connexion et un site internet, mais une minorité exploite réellement toutes les potentialités que le numérique peut offrir. Elles restent toujours frileuses quant au facteur de risque engendré par une transformation numérique complète. Aujourd’hui, de nombreux outils sont mis entre leurs mains pour favoriser l’innovation et la compétitivité. Le défi étant de s’adapter à ces outils qui ne sont pas encore totalement maîtrisés.

 Inégalités d’équipement informatisé, relativisme quant au véritable impact du numérique, peur de pas avoir assez de retour sur investissement, rigidité structurelle… les entreprises françaises restent encore en léger décalage quant aux usages des particuliers, un travail d’adaptation reste donc encore à faire pour réussir à capter ce potentiel et s’insérer entièrement dans l’économie numérique.

 

Quelques chiffres :

  • +3,8% de croissance pour les entreprises les plus matures dans leur transformation numérique (6x plus que les entreprises moins avancées) (étude Roland Berger, 2014)
  • +40% du résultat opérationnel espéré pour les entreprises ayant réussi leur mutation numérique (Mckinsey, 2014)
  • +100 Md d’€ de surcroît du PIB numérique potentiel si la France s’aligne sur le pays leader du digital d’ici 2020 (Mckinsey, 2014)

 

Depuis plusieurs années, Genious Interactive, la digital factory du groupe Genious,  intègre des outils de travail collaboratif, de numérisation des processus de production et de rationalisation de la communication web, notamment via des plateformes multi-site et multicanal. Forte de son expérience dans la mise en œuvre de ses solutions digitales, elle a pu accompagner ses clients, comme Thales & Isover Saint Gobain, dans leur transformation numérique au travers de la rationalisation de leur communication web internationale.

SOMMAIRE

1/ Les défis de la transformation numérique : De nouveaux modèles économiques

2/ Les défis de la transformation numérique : Digitalisation de l’expérience client

3/ Les défis de la transformation numérique : Une nouvelle organisation du travail

4/ Les défis de la transformation numérique : Numérisation des processus de production

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nom *