L’entreprise 2.0 collaborative, modèle d’organisation ou effet de mode ?

L’entreprise 2.0, est un concept apparu en 2006, caractérisant les activités professionnelles utilisant réseaux sociaux, médias sociaux et outils collaboratifs.

Les entreprises plus traditionnelles doivent intégrer ces nouvelles formes de connexions entre individus et en déduire un mode de fonctionnement pour réussir leur transformation organisationnelle à l’heure de « l’économie de partage ».

Quand leur usage est optimisé, la capacité qu’ont les outils sociaux et collaboratifs à accélérer la transmission de l’information accroît la productivité des salariés et améliore les interactions internes et externes entre collaborateurs. Il s’agit donc d’outils cruciaux pour fluidifier le travail quotidien.

De nombreux salariés perdent encore un temps considérable à cause de processus inefficaces ou du travail en silo, véritables obstacles à la transmission d’information entre collaborateurs.
Si les technologies sont un outil, c’est leur usage collaboratif qui en est fait et l’état d’esprit qui va avec qui est susceptible de changer la culture d’entreprise. Cet état d’esprit est un point critique lors de l’embauche d’un salarié pour 75% des employeurs selon Publicis.

L’arrivé des technologies et outils « sociaux » confronte l’entreprise à un mode de concurrence rude faces à des sociétés plus jeunes, purs Players ou non, qui ont un regard neuf et libéré de toute contrainte quant à l’usage des technologies sociales et collaboratives. Uber, Amazon et AirBnB ont fondés leur modèle sur le réseau et le collaboratif. Ces nouvelles entreprises obligent à repenser le business modèle traditionnel, mais leur succès montre également que les habitudes des clients ont changées, qu’ils s’orientent de plus en plus vers une culture numérique, de l’interaction et du partage.

 

en

 

Dégager de la valeur d’une culture de l’usage numérique

Ces nouvelles formes de concurrences rencontrent un fort succès auprès des consommateurs, car elles ont adaptées leur modèle aux attentes des clients, un modèle collaboratif fondé sur les outils et média sociaux, et des technologies mobiles.
L’aspect collaboratif n’est pas qu’une question d’outils ou de technologies, mais est avant tout une question d’usages. C’est sur ces usages que doivent se baser les entreprises pour réussir leur transformation numérique, et revoir leur modèle organisationnel, plutôt qu’en ajoutant une couche technologique « collaborative et mobile » sur leur modèle existant.

La transformation vers un modèle décloisonné et transparent ne doit pas être vue par les salariés comme une focalisation sur la réduction des coûts, mais comme une vision à long terme où ils ont toute leur place. Cette vision doit être avant tout portée par la direction, pour laquelle la transformation numérique doit amener flexibilité et proximité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nom *